Archive for the ‘ JOURNAL ’ Category

Salon “Impressions” 2016, (Barbizon)

La Maison Atelier de Jean-François Millet et l’association Art Puissance 7 Events, en partenariat avec la Mairie de Barbizon, organisent IMPRESSIONS 2016, le Salon de l’Estampe à Barbizon. Ce salon a pour ambition de devenir un rendez-vous annuel des passionnés de cette technique d’expression artistique qui a connu des moments de gloire dans le petit village de Barbizon. Dans cette première édition, 34 artistes contemporains seront en exposition et un espace historique sera dédié aux estampes du XIXe de l’Ecole de Barbizon.

Partenaires :
La Galerie l’Angélus, spécialiste des œuvres du XIXe siècle de l’Ecole de Barbizon, anime la partie historique de l’exposition en présentant des estampes originales des graveurs de l’Ecole de Barbizon.
Les Ateliers Moret, créés en 1947, présentent des outils et deux presses dont une ancienne en bois E. Valette du XVIIIe siècle, et animent le Salon avec des démonstrations de gravure et de tirage.

Thème de la première édition :
L’esprit de Barbizon : paysages, animaux, vie paysanne.

34 artistes contemporains internationaux sont réunis
BALDO, CESCHIN, CLAUTEAUX, de FONT-RÉAULX, GUBAREV, GUEZOU, HOUTIN, HYACINTHUS, IFFIC, IKUTA, ILLOUZ, JERETIC, KOCHESHKOV, de LA FOREST, LE PAGE, LEROY GARIOUD, MADA, MAILLARD, MATHIEUX-MARIE, MEUNIER, NAKAJIMA, de NUBES, PANAUD, PECORARO, PEROL, SCHNEIDER, RUNEL BELLIARD, SALMON, SEYEDIN, SMILJANIC, SUSTRAC, TERZAKIAN, VUKOVIC, WATANABE, ZEC.

La galerie l’Angélus présente une collection d’estampes originales de l’Ecole de Barbizon : BODMER, BRACQUEMOND, BRISSOT DE WARVILLE, COROT, DAUBIGNY, DECAMPS, FRANÇAIS, HARPIGNIES, HUET, JACQUE, MILLET, ROUSSEAU, VEYRASSAT…

* * *

.

UN NOUVEAU SALON …
Il y a des lieux qui sont ancrés dans la mémoire, plus accessibles que d’autres à l’inspiration ou à l’emotion, et qui, par leur charme ou leur pittoresque ont attiré les voyageurs de l’image, peintres ou graveurs,
peintres-graveurs. Barbizon est de ceux-là, à l’orée de la plaine de Chailly et de la forêt de Fontainebfeau.
Le souvenir de ce qui devint, – ce que l’anglais David Croal Thomson appellera plus tard, en 1890, dans un livre
dédié : “The Barbizon School of Painters, Corot, Rousseau Diaz, Millet, Daubigny,…”-, un grand mouvement artistique au XIXe siècle au rayonnement international et prémice de l’impressionnisme, y est présent.
Aujourd’hui, Barbizon brille de ses galeries et de ses musées, mais il y manquait une grande manifestation, reconductibte chaque année, pour commémorer son esprit, présenter des œuvres de son prestigieux passé et accueillir celles d’artistes du monde entier en symbiose avec cet esprit. L’originalite retenue est celle de l’estampe, qui fut souvent un grand vecteur d’interpretation des œuvres peintes, mais aussi, et surtout, celui
d’une expression pure, originale.
Telle est notre démarche, et nous espérons que cette manifestation sera à la hauteur de notre ambition.
Ce salon est aussi le fruit du partenariat et nous en remercions chaleureusement les différents intervenants :
Philippe Douce, maire de Barbizon pour son écoute et l’accueil de la manifestation.
Monsieur Daniel Moret et les ateliers Moret pour leur partenariat,
La Galerie l’Angélus pour la présentation des estampes originales de l’École de Barbizon,
Le service technique de la mairie de Barbizon pour leur assistance.
Et particulièrement les artistes qui nous ont fait confiance et accepté de participer à ce premier salon.

Hiam Farhat
Gerard Robin

.

english-b-2

.

.

.

.

Salon “Art Capital” 2015, (Paris)

Art Capital est né de la volonté des Salons Historiques du Grand Palais d’unir leurs forces et de jouer de leurs différences pour créer un événement novateur et fédérateur. Art Capital accueille tous les ans depuis 2006 sous la verrière du Grand Palais, la Société des Artistes Français, la Société des Artistes Indépendants, le Salon du Dessin et de la Peinture à l’eau, le Salon Comparaisons. 40 000 visiteurs parcourent et découvrent les cimaises d’Art Capital où s’exposent 2 500 artistes confirmés ou émergeants, de toutes nationalités et de toutes tendances. Libre, tolérant, didactique, ouvert, dynamique et multiforme, cette manifestation artistique offre une vitrine exceptionnelle de toutes les courants de la production artistique actuelle. Sans équivalent dans sa philosophie et dans sa structure, Art Capital s’est imposé sur la scène artistique française.

Peintres, sculpteurs, graveurs, photographes, architectes, talents reconnus ou en devenir, se retrouvent cette année 2015 dans la nef du Grand Palais.

.

english-b-2gallery-b-2

.
.

.

.

.

Artiste Mikhail Kaban-Petrov, (Kosterevo)

Je n’ai jamais regretté d’être devenu artiste-peintre et je n’ai pas honte de mon métier. Pourtant je n’ai jamais considéré ce que je fais juste comme une profession, il y a là quelque chose d’autre. Comme tout le monde j’ai débuté avec le simple désir d’apprendre à dessiner. Je connais comme beaucoup d’autres cette émotion inexplicable qui naît de l’impression de l’infinitude de l’art. Dans le village où je suis né et où j’ai grandi il n’y avait ni atelier ni école de peinture et pour cette raison j’apprenais tout par moi-même. J’adorais l’odeur enivrante de la peinture à l’huile et des rares livres d’arts. Au lieu de dessiner des cubes et des pyramides, je dessinais et peignais comme je pouvais tout ce qui m’entourait : Portraits de mes proches, ustensiles de ménage, corbeaux freux et notre rivière. Jamais je n’ai considéré le professionnalisme comme un critère d’évaluation. Le professionnalisme c’est bien, il vaut mieux en avoir que d’en manquer mais le peintre doit garder un dilettantisme au fond de lui-même sans lequel le professionnalisme est comme mort.

Il se trouve que dans ma vie « d’apprenti » je n’ai pas eu « d’enseignants ». Je parle de ceux qui apprennent à voir et à penser. J’avais mes peintres préférés que je découvrais au fur et à mesure et qui devenaient mes maîtres. Dans mes jeunes années j’ai été un fervent admirateur de Mikhaïl Vroubel puis de Viktor Popkov plus tard. Pour parler d’influence et de goût il faut parler de l’art en général. Le premier film de Tarkovski que je regardais était « Solaris ». Je ne trouve pas d’autre mot que bouleversement. Je ne savais alors rien du régisseur, je connaissais peu le film mais je me souviens jusqu’à aujourd’hui de mon état d’abasourdissement après que tout mon être se fut retourné. J’éprouvais la même sensation à la lecture de la poésie de Brodski, dès le premier poème. La liste  de mes « frères spirituels » peut être longue mais je voudrais revenir à Tarkovski. C’est précisément lui que je pourrais appeler mon « maître » car l’influence de son œuvre fût plus que significative et influença ma pensée dans de nombreux domaines.

Je ne peux pas dire que je me considère comme un peintre mature. Je me préoccupe plus de mon moi de demain que de mon moi du présent ou du passé. J’aime énormément ce que je fais et ne m’imagine pas hors de ma créativité. J’aime le processus de la créativité en tant que tel. J’apprécie particulièrement la partie centrale quand on s’écarte de l’idée d’origine et que le travail se met à apporter les corrections par lui-même et amène vers la variante finale. En fin de compte, le  résultat est toujours un peu autre, un peu différent. Pour cette raison je considère la créativité comme un miracle. Dans tout ce que je peins ou m’apprête à peindre je vois d’abord l’Apparition. Apparition-Pain, Apparition-Bateau, Apparition-Air, Apparition-Vent et ainsi de suite. En fait, le peintre a toujours du mal à expliquer ses tableaux, d’ailleurs ça n’a pas de sens.  La peinture comme la musique agit sur l’inconscient presque instantanément qu’on l’aime ou pas, qu’elle touche ou pas…

Mikhail Kaban-Petrov pour les lecteurs de ”Russian Art & Paris”

.

english-b-2gallery-b-2

 

.

.

.

.

 

Artiste Alena Dergiliova, (Moscow)

Je suis née sur la Taganka dans un hôtel particulier de plain-pied avec une mezzanine ayant appartenu à de riches marchands. La maison se trouvait à l’angle de la rue Vorontsova où passaient les tramways et l’impasse Maïakovski. A une certaine époque V. Maiakovski vivait au bout de cette impasse. Et ma grand-mère me racontait qu’elle l’avait croisé plus d’une fois dans la rue avec sa canne et son chapeau rentrant chez lui à grandes enjambées. En ce temps-là les rues étaient pavées elles furent couvertes de bitume bien plus tard. A l’angle de la rue se trouvait un puits artésien comme on en voit encore en province et qui ont disparu de Moscou dans les années soixante. La cour était typiquement moscovite, entourée de murs hauts et épais et devant, une porte cochère suspendue par des boucles énormes flanquée de porches de part et d’autre. Deux grands arbres centenaires derrières lesquels se cachaient les gamins qui jouaient s’y trouvent encore. C’est tout ce qui reste de cette époque.
 
Quand je flâne dans le vieux Moscou mes yeux accrochent infailliblement les parties et les angles qui n’ont pas encore subi de « perestroïka » et qui portent en eux une histoire centenaire. Un grand nombre de mes aquarelles de maisons moscovites sont des « portraits » comme par exemple « Le ravin de Sivets* », « lPassage des grillons »,  « Boulevard de la Iaouza** ». Les détails qui m’aident à transmettre une idée le plus fidèlement possible sont importants pour moi. L’aquarelle « rue Solianka » est le portrait d’un bout de vieille palissade qui eut différents aspects et qui, je pense vit ses dernières années. Il se passe actuellement des changements irréversibles dans notre environnement qui sont sans doute indispensables. C’est très douloureux comme la disparition des êtres aimés, de nos proches.
           .
Alena Dergiliova pour les lecteurs de ”Russian Art & Paris”
____
* nom du ruisseau local
** nom de rivière
.
.
english-b-2gallery-b-2

.

.

.

.

.

Salon “Art en Capital” 2014, (Paris)

Pour  sa neuvième édition, Art en Capital réunit à nouveau quatre salons historiques consacrés aux beaux-arts sous la verriere du Grand Palais : Comparaisons, la Société des artistes français, la Société des Artistes Indépendants, Dessin et Peinture à l’eau, Complémentaires dans leur approche, ces Salons sont restés fidèles a leur ligne artistique de liberté, d’indépendance, d’ouverture à toutes les formes d’expression et de culture. Ce respect de la tradition offre ainsi un large panorama de la création contemporaine, et une belle vitrine aux artistes présentés, qu’ils soient reconnus ou émergents, français ou étrangers, dans cet écrin magnifique de la Nef du Grand Palais, monument incomparable du cœur battant de la capitale. Le publie répond, chaque année, à cette invitation. Je suis certaine que cette nouvelle édition rencontrera le même succès.

Fleur Pellerin
Ministre de la Culture et de la Communication

.

english-b-2
.

.

.

.

Salon “Montreux Art Gallery” 2014, (Montreux)

10 années traversées à la vitesse de l’éclair. Lumière, dynamisme, variété, découverte, progression, autant de mots qui nous viennent à l’esprit pour parler du développement de MAG, salon d’art contemporain. Né de la conjonction d’initiatives privées et de l’esprit créatif de ses fondateurs, Montreux Art Gallery est unanimement reconnu dans le monde de l’art contemporain comme un salon de qualité qui présente un vaste panel d’artistes et de galeries au niveau national et international. Soucieux d’offrir au public une vue globale des tendances artistiques, MAG a su au fil du temps tisser des contacts avec le milieu de l’art et de la culture, permettant ainsi de mettre en scène différents espaces dédiés aux artistes indépendants, aux galeries et aux expositions thématiques. Peinture, sculpture, photographie, art et nouveaux média se cotaient sur les 8000 m2 de l’exposition. La fidélité de nos visiteurs ainsi que celle de nos exposants a contribué à nous stimuler année après année en ce qui concerne la direction que MAG devait prendre. Cette année 2014, marque donc une première décennie et nous sommes fiers de pouvoir présenter un salon riche de moments forts. Vous surprendre, susciter votre attention et votre curiosité sont des objectifs que nous recherchons chaque année à atteindre. Nous vous souhaitons une belle visite, et nous tenons ici à remercier nos partenaires, qui chaque année nous accompagnent dans cette magnifique aventure, nos exposants qui nous apportent leur créativité et nourrissent notre imaginaire, et tous ceux qui ont participé au développement de Montreux Art Gallery.
En route pour une nouvelle décennie d’art et de culture au cœur de Montreux.

Jean-François Gailloud, directeur de MAG

.

english-b-2

.

.

.

.

“Russian Art & Paris” Art Show. Hiver ’14

Dans notre Art-Show hiver 2014, le magasine « Russian Art & Paris » présente aux lecteurs quatre artistes contemporains dont le travail mérite la plus grande attention de la part des professionnels comme des amateurs d’art pictural. Nous continuons notre discussion sur le sujet des eaux-fortes. Cette fois vous allez faire connaissance avec deux maîtres du genre : Une artiste de Moscou Alena Derguileva qui expose à la Galerie Tretiakov et Mihaïl Kotsheshkov artiste émérite de la Fédération de Russie, originaire de Vladimir. Nous avons un autre artiste-peintre de Vladimir, Alexandre Egorov, réputé pour ses magnifiques paysages de pastel. Quant à Mihaïl Shmyrov de Briansk, il travaille talentueusement et en grande quantité dans un large éventail de genres et sur de multiples sujets.

.

english-b-2
.

.

.

.

Salon “Art en Capital” 2013, (Paris)

Pour sa 8ème édition, la manifestation Art en Capital, née en 2006 du regroupement des salons dits « historiques du Grand Palais » (Comparaisons,la Société des Artistes Français, la Société des Artistes Indépendants, Dessin et Peinture à l’eau), donne rendez-vous dans la nef du Grand Palais, du 4 au 8 décembre 2013, à tous les passionnés d’art.

En accueillant 40 000 visiteurs et en permettant à plus de 2 500 artistes, peintres et sculpteurs, français ou étrangers, talents confirmés ou talents en devenir, de présenter leurs œuvres, Art en Capital témoigne du foisonnement de la création dans toutes ses formes et s’affirme comme un grand rendez-vous de la production artistique d’aujourd’hui.

Cette nouvelle édition devrait encore une fois rencontrer un large succès auprès des visiteurs, et susciter curiosité, découvertes et émotions esthétiques.

Aurélie Filippetti
Ministre de la Culture et de la Communication

.

*  *  *

Le Grand Palais accueille avec plaisir le rendez-vous désormais emblématique qu’est devenu « Art en Capital » pour la communauté artistique française. Depuis sept ans, plus de 2500 artistes, peintres, sculpteurs, graveurs, plasticiens et photographes viennent faire partager leur passion aux visiteurs parisiens, poursuivant la tradition des salons d’art historiques du XIXe siècle. Un événement qui prend toute sa dimension sous notre majestueuse verrière, réunissant les talents des quatre salons organisateurs : Comparaisons, la Société des Artistes Français, la Société des Artistes Indépendants et Dessin et Peinture à l’eau.

À travers des manifestations telles que « Art en Capital », le Grand Palais affirme sa vocation d’être un lieu de rencontre des créateurs, du public et du marché professionnel. Si notre ambition est de faire partager au plus grand nombre une expérience sensible de la beauté, par la rencontre avec l’art et toutes les formes d’expression, « Art en Capital » s’inscrit parfaitement dans cette perspective et propose à ses 40 000 visiteurs annuels un parcours unique dans l’art d’aujourd’hui, dans une ambiance conviviale et didactique.

Une invitation à voguer vers de nouveaux horizons culturels !

Jean-Paul Cluzel
Président de la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais

.

english-b-2
.

.

.

Artiste Vitaly Gubarev, (Protvino)

Notre vie sur terre n’est qu’un épisode qui dans l’éternité se transforme en un instant fugace. Incarner ce qui est inexprimable par la parole est un mouvement de vie étonnant qui lie la joie à la souffrance. Pour dessiner un espace énorme sur un petit bout de papier il faut donner beaucoup d’énergie. Mais celle-ci revient avec grâce vers le public. C’est à cela que je vois un sens à la créativité.

Vitaly Gubarev pour les lecteurs de ”Russian Art & Paris”

.

Vitali Gubarev est né en 1936 près de Samarcande. Diplômé de l’Ecole Républicaine des Beaux-Arts B.B. Benkov en 1958 puis de l’Ecole Supérieure d’Art Industriel de Moscou (anciennement Ecole Stroganov) en 1964. Membre de l’Union des Artistes-peintres de Russie en 1971.Artiste-peintre émérite de Russie en 1994. Diplômé de l’Académie des Arts de Russie en 2005. Président de la section des graphistes de la direction régionale de l’Union des Artistes-peintres de Moscou en 2008. A participé à plus de 100 expositions depuis 1957. Décoré pour « services rendus à la patrie » par décret du président de la Fédération de Russie en 2011. Exposition personnelle au Palais des Nations Unies à Genève en 2012. Les œuvres de Vitali Gubarev sont exposées à la Galerie Trétiakov ainsi que dans de nombreux musées de Russie.

.

english-b-2gallery-b-2
.

.

.

.

Artiste Leonid Stroganov, (Saint Petersbourg)

Mes réflexions sur le thème de l’art pictural me renvoient à des souvenirs d’adolescence quand je passais mon temps à observer le travail au port. C’était à Vyborg, petite ville de la Baltique. J’aimais tout particulièrement le soir. J’étais ensorcelé par la pénombre mystérieuse qui semblait respirer l’air humide de la mer, les sons incompréhensibles, les bruits des sirènes, les grincements et les coups à peine audibles. Les lumières du chenal qui clignotaient dans l’obscurité créaient une musique d’émotion qui menait vers l’abîme de la nuit baltique sombre et mystique. Dans la journée, ce mystère disparaissait, tout rentrait dans l’ordre. L’art pictural tel que je le comprends doit aussi contenir un mystère comme une spécificité des pensées inachevées. C’est cette spécificité qui remplit l’œuvre d’une teneur intérieure et transforme un simple tableau en une expression picturale mûre et significative. C’est précisément ce qui détermine la valeur et le sens du dialogue entre l’artiste-peintre et le public.

Leonid Stroganov pour les lecteurs de ”Russian Art & Paris”

.
L’artiste-peintre Leonid Stroganov est né en 1979 à Leningrad(Russie). En 1999 il termine l’Ecole Des Beaux-Arts Roerig et intègre l’institut des arts décoratifs et appliqués où il a la chance de travailler à l’atelier de Oleg Iakhnine. Son projet de thèse sera une série d’illustrations pour la tragédie « Le Roi Lear » de Shaekespeare. Il est diplômé de l’école avec les félicitations du jury en 2002. Depuis il travaille comme illustrateur et artiste indépendant. Membre de l’Union des Artistes-peintres depuis 2002.

.

english-b-2gallery-b-2
.

.

.

.